Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Actions sur le document
Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Un deuxième couple de cigognes blanches niche à l’Aquascope Virelles !

Un deuxième couple de cigognes blanches niche à l’Aquascope Virelles !

Un deuxième couple de cigognes blanches niche à l’Aquascope Virelles !

 

Et naissance de cigogneaux chez le couple habituel !

 

Vous pourrez suivre cette aventure en images dans la prochaine émission du Jardin extraordinaire, le dimanche 3 mai sur La Une, à 20h20.

À l’étang de Virelles, cette sixième saison de nidification est riche en rebondissements !

 

Fin février, alors que le couple habituel de cigognes était déjà de retour sur le site, une tempête a fait tomber leur nid au sol ! Très vite, elles se sont mises à le reconstruire en partant de zéro. Les gestionnaires de la réserve naturelle ont été impressionnés de voir à quelle vitesse elles ont pu bâtir cet ouvrage, sans se laisser décourager par la pluie, le vent, la neige…

La couvaison a ensuite démarré sans tarder, pour un peu plus d’un mois.

 

Le 28 avril, c’est à présent certain, des cigogneaux sont nés. De petites têtes s’agitent dans le nid ! Peut-être trois ? Le nombre sera confirmé dans les tout prochains jours. Jusqu’en 2019, ce couple était le seul à nicher à l’état sauvage en Wallonie !

 

Depuis trois semaines, les observations de cigognes blanches se multiplient près de l’étang !Ce couple nicheur sur l’île boisée reçoit de temps en temps la visite d’autres individus (de 1 à 5) qui survolent leur nid. Les plus hardis tentent même de se poser dans les arbres à proximité immédiate. Ce qui ne manque pas d’occasionner quelques courses poursuites, le mâle nicheur veillant à garder son territoire !

 

Le vendredi 17 avril, un couple de cigognes en parade est signalé par un Virellois, à la limite ouest de la réserve naturelle, près de la route de Froidchapelle. Au programme, claquements de bec et transport de matériaux.

 

Dès le lendemain, ce deuxième couple semble avoir pris possession du tronc d’un vieux peuplierqui a perdu toute sa cime sous l’effet de l’âge et du vent. Une très belle plateforme ! Parades répétées, séances de toilettage du plumage, apport de matériaux et exploration des prairies environnantes. Entre les prés de Virelles et l’étang, elles n’auront que le choix pour se ravitailler !

 

Les voisins de la rue de l’Estrée sont tout heureux de pouvoir les observer depuis le fond de leur jardin.Et ceux qui habitent un rien plus loin peuvent assister à leur va et vient incessant pour transporter des branches depuis les prairies environnantes vers le nid. Celui-ci grandit à vue d’œil et prend forme en quelques jours seulement. Sans cesse, elles tassent et entrelacent les branches et apportent aussi du foin pour le garnir.

 

Les parades de ces grands oiseaux sont magnifiques à observer : le mâle met les petits plats dans les grands pour courtiser sa belle : génuflexions et courbettes répétées… Claquements de bec quand elle revient au nid… et accouplement ! Chaque retrouvaille du couple au nid est accompagnée de grandes démonstrations de claquements de bec, en renversant la tête contre le dos. La couvaison devrait démarrer rapidement pour une durée d’un mois. Les jeunes resteront ensuite au nid deux mois avant de s’émanciper. De nombreuses semaines d’observations en perspective !

 

Ce samedi, elles ont reçu la visite d’un groupe de onze cigognes qui les ont survolées à très basse altitude, formant un véritable carrousel dans le ciel ! A chaque passage trop proche de ce groupe, le couple nicheur s’est manifesté par de nombreux claquements de bec et quelques poursuites !

 

Vous pourrez suivre cette aventure en images dans la prochaine émission du Jardin extraordinaire, le dimanche 3 mai sur La Une, à 20h20. A conditions exceptionnelles, Jardin extraordinaire tout aussi exceptionnel ! Pour la quatrième semaine consécutive, Tanguy Dumortier a convié les téléspectateurs à réaliser une émission spéciale et à lui envoyer des images de la nature qui nous entoure. C’est ainsi qu’Anne Sansdrap de l’Aquascope Virelles a proposé le sujet à Tanguy. Il faut dire qu’il est un peu le parrain des cigognes de l’Aquascope puisque les premières plateformes artificielles ont été posées en 2015 avec son aide. Anne a donc passé plus d’une vingtaine d’heures sur le site, avec un petit appareil numérique, pour enchaîner photos et vidéos de la nidification.

 

Durant les trois mois à venir, de petites vidéos viendront aussi alimenter la chaîne YouTube de l’Aquascope pour ne rien rater de la couvaison, de la naissance des jeunes et de leur préparation à l’émancipation.

 

La vidéo des cigognes blanches à Virelles